Cérémonies commémoratives

2018

Samedi 30 juin à 18 heures
Commémoration du Bombardement de Saint-Floret

C’est en présence de nombreuses personnes que la Municipalité a commémoré le bombardement de Saint-Floret. Monsieur le Sous-Préfet d’Issoire, Monsieur le Sénateur, Monsieur le Député Honoraire, Président de l’Agglo Pays d’Issoire, Madame la Conseillère régionale du Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes, Madame la Conseillère départementale du Puy-de-Dôme, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les représentants des Sapeurs Pompiers, Gendarmes, Armée, Mesdames et Messieurs les Anciens combattants et les habitants de la Commune et des Communes voisines.

On pourrait revenir longuement sur cette période tragique de l’histoire du 20ème siècle, de notre histoire, car Saint-Floret a été profondément affectée et marquée par ce conflit et l’occupation allemande qui s’en est suivie. Une commémoration n’est pas un devoir stéréotypé et obligatoire mais c’est bien une démarche de respect, de reconnaissance éternelle, à toutes celles et ceux qui ont défendu les valeurs de la France. Pour la première fois dans l’Histoire de l’Humanité, cette guerre fit plus de victimes civiles que militaires. Cette guerre a causé la disparition de 50 millions de personnes, presqu’autant que d’habitants aujourd’hui en France. En la mémoire de toutes les victimes du Bombardement de Saint-Floret, le Maire a demandé une minute de silence. Un pot convivial a été offert par la Municipalité aux participants.


Lundi 19 mars à 10 h 15
Saint-Floret a honoré la mémoire des combattants de la guerre d’Algérie.
Penser aux victimes d’une guerre, à toutes les victimes, est d’abord un devoir. Un devoir de mémoire, mais c’est aussi une occasion offerte de tirer les enseignements de l’histoire.
En ce jour solennel, souvenons-nous de ceux qui sont mort pour la France, 30 000 disparus militaires, appelés, supplétifs, harkis. Et rendons hommage à tous ceux qui, au péril de leur vie, ont servi lors de cette guerre qu’ils n’avaient pas voulue.
Ce cessez-le-feu du 19 mars a résonné comme un espoir pour tous ceux qui dès cette date ont travaillé à la réconciliation, afin, comme le dit la FNACA « de tisser jour après jour, des liens d’amitiés avec les peuples d’Algérie, de Tunisie et du Maroc ».
C’est ainsi qu’ensemble nous pourrons construire la paix dans un monde solidaire et durable.
En la mémoire de toutes les victimes de cette guerre, en la mémoire de nos soldats français qui meurent chaque année au combat  et en la mémoire des victimes du bombardement de St Floret, Maguy Lagarde a demandé une minute de silence.
La Municipalité a offert le verre de l’amitié à toutes les personnes présentes.

2017
Jeudi 1er novembre – Commémoration de la guerre 14-18 après la messe de la Toussaint au cimetière du Chastel à Saint-Floret
La Commémoration du 11 novembre 1918 a été célébrée au Monument aux Morts sur le site du Chastel, jeudi 1er novembre, après la messe.

Le 11 novembre 1918, à 5h15 du matin, le texte de l’armistice est signé dans le wagon-salon du maréchal Foch. A 11h, le cessez-le-feu prend effet sur tous les fronts. Les tirs cessent, mais la guerre est encore dans toutes les têtes.

La France a perdu 1,4 million d’hommes morts au combat ou disparus, 10% de sa population masculine. Un hommage a été rendu à tous ces soldats qui se sont battus dans des conditions effroyables pour que notre pays ne finisse pas sous le joug d’un pays envahisseur.

jeudi-1er-novembre-2017

Jeudi 13 juillet  2017Commémoration des fusillés d’Orcines

orcines-depot-de-gerbes
Cérémonie à Orcines à la mémoire de 24 résistants fusillés
le 13 juillet 1944.

Maguy Lagarde, Maire de Saint-Floret, était présente aux côtés de Danièle Polve-Montmasson, Préfète du Puy- de-Dôme, Jean-Marc Morvan, Maire d’Orcines, Jean-Pierre Brenas, Conseiller Régional, Louis Giscard d’Estaing, Maire de Chamalières, Conseiller régional, Jean-Marc Boyer, Maire de Laqueuille, Conseiller départemental et Président du parc naturel régional des Volcans d’Auvergne, Martine Bony, Maire de Vernines et Conseillère départementale… Le Maire de Saint-Floret a accompagné Jean-Marc Moravan pour déposer une gerbe en souvenir des fusillés, notamment des 4 habitants de Saint-Floret, dont son Maire M. Foury, fusillé à Orcines.

orcines-depot-de-gerbes

70ème Anniversaire du Bombardement
de Saint-Floret
Lundi 30 juin a eu lieu le 70ème anniversaire du bombardement de Saint-Floret

70eme-anniversaire-du-bombardement

  • Lundi 30 juin, à 18 heures, beaucoup de personnes étaient présentes pour commémorer le 70ème anniversaire du bombardement de Saint-Floret
  • Une commémoration n’est pas un devoir stéréotypé et obligatoire mais c’est bien une démarche de respect, de reconnaissance éternelle, à toutes celles et ceux qui ont défendu les valeurs de la France.discours-du-maire
  • Pour ce 70ème anniversaire du Bombardement de Saint-Floret, la municipalité a voulu rendre un vibrant hommage aux victimes et aux habitants qui ont connu cette tragique journée.
  • Cette commémoration représente un double devoir. Un devoir envers notre passé et un devoir envers notre avenir.
  • Devoir envers notre passé. Cette guerre a montré ce que les hommes peuvent être capables de faire, au nom de leur nation, au nom de leur frontière, au nom de leurs convictions et malheureusement parfois même au nom de rien du tout.
  • Mais nous avons aussi un devoir tout aussi important envers l’avenir. Tout d’abord un message de vigilance que nous adressons pour la paix dans le monde. Mais aussi une vigilance quotidienne pour défendre les valeurs telles que le respect des autres, l’acceptation de la différence, la tolérance.les-enfants-des-ecoles
    Un moment émouvant lorsque les enfants des Ecoles ont entonné la Marseillaise sur des paroles écrites sur le Bombardement de Saint-Floret.mme-la-sous-prefete-dissoire
    Et c’est entouré de personnalités que nous avons pu honorer nos Morts en cet anniversaire du souvenir. Parmi les personnalités, étaient présents : Madame la Sous-Préfète d’Issoire, Monsieur Luc Tixier, Conseiller général de Champeix, Monsieur Jean-Paul Bacquet, Député, Président du Pays Val d’Allier Sud, Messieurs des Officiers du 28ème Régiment de Transmissions d’Issoire, Madame la Présidente de l’association des Maires du Puy-de-Dôme, représentant le Président du Conseil général du Puy-de-Dôme, Mesdames et Messieurs les Représentants de l’Armée, Mesdames et Messieurs les Représentants de la Gendarmerie nationale, Mesdames et Messieurs les Anciens Combattants et leur famille, Mesdames et Messieurs les Maires du Canton et de l’Arrondissement d’Issoire, Madame la Directrice de l’Ecole de Saint-Floret et les élèves de Clémensat, St Floret et St Vincent. Un pot, servi à la Salle des fêtes, a clôturé la cérémonie.depot-de-gerbes

17 mai, à la Salle du Conseil de la Mairie de Saint-Floret….

representants-des-villes-decorees-de-la-croix-de-guerre

Réunie, à Saint Floret, ville décorée de la Croix de Guerre, l’association départementale des Croix de Guerre et de la Valeur Militaire a tenu son assemblée générale, samedi 17 mai, à la salle du conseil de la Mairie, au cours de laquelle, un hommage a été rendu aux morts des différents conflits, avec cette année, une pensée particulière pour ceux de St Floret et des débarquements en Normandie et en Provence dont c’est le 70ème anniversaire et ceux de Dien Bien Phu pour 60 ans.
Le président, le Colonel Michel DAREAU, après 10 années de fonction, démissionnaire, a été remplacé par le Capitaine de Corvette Alain BONNET.
Les membres, issus des différentes associations d’Anciens Combattants, sont liés entre eux par cette décoration unique qui leur a été remise, suite à une citation au combat.
Tournant dans les cités décorées, l’an prochain l’association devrait honorer Bourg-Lastic.
Invités par Madame Maguy LAGARDE, Maire de St Floret, les participants ont déposé une gerbe au monument aux Morts, assemblée terminée par un vin d’honneur, offert par la municipalité.

Pourquoi Saint-Floret a t-il été bombardé ?
– Le 29 juin 1944, en fin d’après-midi, une voiture allemande passait au bourg de Saint-Floret.

L’officier nazi qui était dans cette voiture a été blessé par des tirs venus du Village.

Quoiqu’il en soit, le lendemain, 30 juin 1944, la population de Saint-Floret allait vivre une journée d’épouvante.

La tragédie débuta à 5 heures 30, par un bombardement aérien qui détruisit plus de 60 % des habitations. Cinq avions avaient largué plus de 50 bombes et mitraillé en même temps pour instaurer dès le début de cette opération punitive, une atmosphère de terreur.

Dans la première demi-heure, on comptait déjà 9 morts.

Après le bombardement, le village fut investi. Le pillage s’organisa, tandis que les femmes, les enfants et les vieillards étaient rassemblés à l’entrée de Saint-Floret où ils restèrent, les mains en l’air pendant plus de deux heures.

Ils prirent des otages qui furent emmenés à la prison du 92ème Régiment d’infanterie de Clermont-Ferrand.

Parmi ces otages, certains furent fusillés à Orcines, et d’autres emmenés en déportation. Malheureusement ceux qui avaient été déportés en Allemagne, ne sont pas tous revenus.

Les allemands s’en allaient vers midi, laissant derrière eux un village en ruines.

monument-aux-morts
Cette cérémonie rend hommage à toutes les victimes et rappelle à tous, et notamment aux jeunes générations, que c’est sur leur sacrifice que s’est construite cette paix qui semble aujourd’hui naturelle à tous les français, mais combien fragile dans le monde.

commemoration-du-30-juin-44

Témoignage d’une habitante de Saint-Floret, suite au Bombardement du 30 juin 1944. Ce document a été retranscrit tel qu’il avait été envoyé par sa soeur,
Gilberte Médard à Monsieur André Serre.

lettre-envoyee-suite-au-bombardement-par-mme-medard-a-son-frere-andre-serre

Un autre témoignage a été remis à Maguy Lagarde par son cousin, Yves Longeon, concernant un courrier envoyé par sa maman et celle de Joël Meunier, Huguette Papon(Meunier) à sa tante qui était la mère d’Yves Longeon
lettre-dhuguette-papon

Un autre témoignage a été envoyé au Maire, Maguy Lagarde par Suzanne Tournemire . Il s’agit d’un chant, “La Floretaine”, interprété sur le Pont de la Pède, sur l’air de la Marseillaise. Ce chant a été écrit par un Abbé, l’abbé Bertrand le 20 août 1945, suite au Bombardement de Saint-Floret